RUSTIN Jean

1928, Montigny-lés-Metz – 2013, Paris

Jean Rustin peint ses premières toiles en 1947 et entre aux Beaux-Arts de Paris la même année. (…) En 1982, son exposition à la Maison des arts de Créteil fait scandale car elle est considérée comme pornographique. Les premiers personnages nus qui ne cachent rien de leur anatomie sexuelle y apparaissent. Ces corps féminins et masculins ont souvent une tête asexuée, ce qui ajoute au malaise. Sans ornement ni simulacre, il met en scène des personnages esseulés dans un monde opaque et vide. Lumière froide, palette éteinte, couleurs intimes, la chair est omniprésente et les yeux rougis. (…)

Extrait, Esprit singulier, 2016, Flammarion Éditions / Éditions de l’abbaye d’Auberive.

Mon Dieu, 1998, acrylique sur toile, 130 x 89 cm / Sans titre, 1973, acrylique sur toile, 162 x 130 cm / Dans la chambre sombre, 1998, acrylique sur toile, 162 x 130 cm / Photos Atelier Démoulin


Prêt(s) pour exposition(s)
  • Museum Gugging, Vienne, 2018
  • La Halle Saint Pierre, Paris, 2016
  • Lazaret Ollandini, Ajaccio, 2011
  • Crypte Sainte-Eugénie, Biarritz, 2010
  • Abbaye-école de Sorèze, 2008
  • Centre d’art contemporain de l’abbaye d’Auberive (2009, 2010, 2017)

Reproduction(s) dans nos parutions
  • Esprit Singulier, 2016, Flammarion Éditions / Éditions de l’abbaye d’Auberive
  • La collection égotique, 2010, Lienart Éditions / Éditions de l’abbaye d’Auberive