RAINER Arnulf


1929, Baden

(…) encore marqué par l’automatisme, il réalise ses premiers dessins les yeux fermés et découvre à Paris, à l’été 1951, les derniers développements de l’art non figuratif. C’est un choc. Il expose désormais régulièrement ses œuvres et devient l’un des fers de lance de l’art informel en Europe centrale. Dans les années 1950, Rainer travaille à des toiles monochromes, les séries Reduktionen (Réductions) et Grundmalerei (Apprêts), qui annoncent ses futurs recouvrements, et à ses premières photographies, qu’il peint, selon le même procédé. (…)

Extrait, Esprit singulier, Jean-Claude Volot, 2016, Flammarion Éditions / Éditions de l’abbaye d’Auberive.

Totenmasken, série IV, 1978, encre et crayon sur photographie. Photo Atelier Démoulin


Prêt(s) pour exposition(s)
Reproduction(s) dans nos parutions
  • Esprit Singulier, 2016, Éditions Flammarion / Éditions de l’abbaye d’Auberive