PENCRÉAC’H Stéphane

1970, Paris

Après des études d’Histoire, il ne rentre pas aux Beaux-Arts mais commence à peindre (1992-1993) et à organiser des manifestations autour de ses œuvres ; c’est ainsi que naissent une série d’expositions collectives durant l’année 1996, avec notamment Corpet, Hybert, Gouéry, Dezeuze. Remarqué par la critique, il poursuit son parcours pictural avec, en 1997, l’exposition Je t’aime. En 1999, une deuxième série d’expositions intitulées Action directe fait à nouveau parler de lui. En 2000, il participe à Big Crunch, organisée par Richard Leydier et réalise son premier plafond. Il récidive au Manoir de Cologny à Genève avec Zéro / Zéro. Le paradis est un endroit où il ne se passe jamais rien est sa première exposition personnelle à Paris (juin 2000). En 2001, il monte le projet Arabitude avec le soutien de Francis Hybert. Cette vaste exposition rencontre un grand succès et le propulse réellement sur la scène artistique française.

La collection égotique, 2010, Liénart Éditions / Éditions de l’abbaye d’Auberive.

Femme invisible, 2008, bronze peint, n°1 sur 3, 122 x 90 x 45 cm, Acte III scène 3 (La Forêt), 2009, technique mixte sur toile, 200 x 200 cm. Photo Galerie Anne de Villepoix


Prêt(s) pour exposition(s)
  • La Halle Saint Pierre, Paris, 2016
  • Centre d’art contemporain de l’abbaye d’Auberive (2012, 2018)
  • Crypte Sainte-Eugénie, Biarritz, 2010

Reproduction(s) dans nos parutions
  • Esprit Singulier, 2016, Éditions de l’abbaye d’Auberive
  • La collection égotique, 2010, Lienart Éditions / Éditions de l’abbaye d’Auberive