FIÈVRE Yolande

1907 – 1982, Paris

Figure fantasque et singulière, fille d’un homme de cirque et d’une musicienne, Yolande Fièvre a brièvement vécu en Egypte et voyagé aux Etats-Unis. Elle a traversé la modernité et la scène artistique parisienne des années 1960 et 1970 sans jamais se lier à aucun mouvement.

(…) À partir de 1957, elle construit un travail d’assemblage, et montre ses premières boîtes à la galerie Simone Collinet. Elle y mêle des bois flottés, des végétaux, des coquillages, des morceaux de pierre et de céramique, mais aussi des matériaux abrasifs, éponges et tampons à récurer. (…) Yolande Fièvre fréquente Jean Dubuffet, et son œuvre a parfois à tort été rapprochée de l’art brut ; elle a étudié aux Beaux-arts de Paris, puis a enseigné aux Beaux-arts d’Orléans. En 1957, elle rencontre la galeriste Iris Clert, qui a représenté certains des Nouveaux réalistes, et avec qui elle se lie d’amitié comme avec le peintre Bernard Requichot. (…)

Extrait, Esprit singulier, 2016, Flammarion Éditions / Éditions de l’abbaye d’Auberive.

Petite cour pour un roi mort, 1962, bois, os et pierre, 65 x 20 x 7 cm / Les Captifs, 1960, technique mixte sur panneau, 73 x 60 cm / Petit peuple pour des pierres (détail), 1966, pierre et argile, 65 x 20 x 10 cm / Photos Atelier Démoulin


Prêt(s) pour exposition(s)
  • La Halle Saint Pierre, Paris, 2016
  • Centre d’art contemporain de l’abbaye d’Auberive (2009, 2017)
Reproduction(s) dans nos parutions
  • Esprit Singulier, 2016, Flammarion Éditions / Éditions de l’abbaye d’Auberive