CADIOU Patrice

1947 – 2015, Paris

(…) Patrice Cadiou apprend la danse classique dès l’école primaire avant de devenir danseur professionnel. Au début des années 1960, il rejoint le théâtre Sarah-Bernhardt puis le théâtre du Châtelet. (…) Après des passages à l’opéra de Marseille, à l’opéra de Hambourg et à Genève, il s’installe dans Les Landes et se consacre à la sculpture. Il utilise alors des matériaux trouvés dans les décharges avoisinantes. (…) Le titre de ses sculptures évoquent un ailleurs sombre et mystérieux, et ses assemblages à la patine noire possèdent quelque obscure parenté avec les fameux fétiches à clous des Kongo.

Extrait, Esprit singulier, 2016, Éditions Flammarion / Éditions de l’abbaye d’Auberive.

L’œuf sauvage, 2009, stèle en bois et en cuir, 205 x 40 x 40 cm / Il était une fois, 1993, porte en bois et en cuir, 210 x 85 cm / Hommage à Yukio Mishima, 1996, stèle en cuir, bois et autres matériaux, 210 x 50 x 25 cm / Photos Claude Frucot


Prêt(s) pour exposition(s)
  • La Halle Saint Pierre, Paris, 2016
  • Centre d’art contemporain de l’abbaye d’Auberive (2009, 2017)
Reproduction(s) dans nos parutions
  • Esprit Singulier, 2016, Flammarion Éditions / Éditions de l’abbaye d’Auberive